L’histoire sans fin d’une Trachemys Scripta.

laurae loriersus trachemys scripta 42 x 33 cmEtre enfant et vouloir devenir grand. Mesurer 1,71m sans les talons et enfin être à la hauteur de ses rêves d’enfant.

Dès les premiers apprentissages de l’écriture rêver de trouver la fin de l’histoire sans fin et finalement raconter des centaines de débuts qui n’en finissent pas car quoi de plus excitant que le commencement ?

Vouloir devenir  poète et un beau matin avoir l’envie de se coucher sans savoir de quoi sera fait demain.

Chercher le métier qui allie imprévu, images et écriture. Vouloir être reporter partir à la découverte du monde armée de son premier appareil photo, prendre LA photo  et ne pas fondre en larmes quand le labo nous dit que l’appareil est mort et qu’on ne sauvera pas cette photo.

Entrer au lycée et chaque nuit être hantée par une femme à l’ombrelle qui nous appelle à l’aide pour sortir de notre tête. Quelques mois plus tard se réveiller en pleine nuit, attraper le « recueil de nouvelles fantastiques » qu’il fallait lire pour le cours de français et sur les premières pages enfin libérer cette femme à l’ombrelle. Elle ressemble à un balais serpillière chaussé de talons et sur lequel un chapeau aurait été posé. Elle n’est pas belle mais elle est libre et moi aussi. Trouver sa vocation, sauter du lit et crier au monde entier « je veux être une artiste !!! » Avoir pour seul retour « c’est bien retourne te coucher, on en reparlera demain. » Attendre chaque jour de nouveaux demains pour en parler encore et encore;  puis en dernière année de lycée annoncer  fermement : « Je vais être artiste. Ne t’inquiète pas je gagnerai ma vie en tant que poète. »

Aller là où l’art nous guide et comprendre qu’être artiste est la chose la plus formidable au monde car tout devient possible…